Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

Les sentinelles du futur – Carine Rozenfeld

Résumé éditeur :
2359. La Terre est à l’agonie. Mais à New York, une poignée de femmes et d’hommes qui se déplacent dans le Futur l’ont promis : l’avenir est radieux, ils l’ont vu de leurs propres yeux. Le jeune Elon, élève à l’Académie et doté d’un pouvoir exceptionnel, rêve d’entreprendre ce voyage vers une époque meilleure.
2659. Un ennemi invisible a attaqué la Terre. Nuts est une survivante. Sa ville est en ruine, la planète entière est dévastée. Et si le seul espoir possible venait du passé ?

Mon avis :

Les sentinelles du futur est un roman de science fiction pour ados plutôt réussi, même si quelques points m’ont légèrement chagrinée !

Le point de départ m’a beaucoup plu, suivre le destin de deux adolescents du même âge et pourtant séparés par 300 ans, il y avait de quoi titiller mon intérêt. Elon vit en 2359 sur une Terre dévasté, en bout de course et il étudie pour devenir un sentinelle du futur et apporter le renouveau pour son époque. Il n’a connu que le ciel voilé, le temps lourd et humide et les aliments reconstitués. Nuts vit en 2659 sur une Terre qui a retrouvé de sa superbe, entourée par une famille aimante, elle a tout pour être heureuse. Jusqu’au jour ou tout bascule, une attaque venue du ciel vient tout détruite, sauf la nature. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé cette réflexion autour de l’écologie , de la protection de l’environnement, omniprésente dans ce texte.

L’intrigue est bien mené mais son déroulement m’a semblé trop simple, le parcours des deux ados manque, pour moi, d’obstacles, de rebondissements. Je pense surtout que je ne suis plus tout à fait dans la cible de ce roman. J’ai lu beaucoup trop de romans de SF pour adulte, je suis habituée à des intrigues plus profondes avec des enjeux plus importants et des « ennemis » plus puissants. Néanmoins, l’auteur aura réussi à me garder en haleine jusqu’aux dernières pages pour comprendre d’où vient ce mythe de l’Espoir (avec un grand E).

Les sentinelles du futur est un bon roman de SF pour ados, avec une pointe de romance qui ne fait que relever le tout ! Je l’ai conseillé au cours d’un club de lecture au lycée et il a rencontré un succès certain. Il ne me reste plus qu’à lire d’autres titres de l’auteur, Les Clefs de Babel est déjà sur ma liste !

Lisa

Le blog de l’auteur : Carine Rozenfeld

Publicités


Poster un commentaire

Théa pour l’éternité – Florence Hinckel

Résumé éditeur :
Théa est secrètement amoureuse de de Théo, son meilleur ami d’enfance, qui lui préfère la pom-pom girl du lycée.
Théa vit seule avec sa mère, une ancienne présentatrice de télévision obnubilée par le souci de paraître jeune.
Théa a l’impression que le temps passe trop vite et que les promesses de l’enfance sont déjà trop loin.
Alors, quand le professeur Jones lui propose d’être le plus jeune cobaye d’un programme visant à stopper le vieillissement, Théa décide de saisir cette chance.

Mon avis :

La première chose que l’on remarque en lisant ce livre, c’est que le monde dans lequel vit Théa est très proche du notre. Même si rien ne nous dit clairement quand se déroule l’intrigue (maintenant, dans 100 ans, 200 ans ?). Cela crée très vite un sentiment de proximité… Les avancées technologiques ne sont pas flagrantes, mais correspondent bien aux obsessions récurrentes de l’être humain.

Au départ, j’ai vraiment eu du mal à m’attacher au personnage de Théa, au point d’hésiter à refermer le livre. Théa est une adolescente emportée, très égoïste et qui ne semble pas avoir beaucoup de jugeote,heureusement, elle évolue au fil des pages, apprend de ses erreurs et cherche à s’améliorer.

La réflexion sur le temps qui passe, le vieillissement et l’immortalité est intéressante. Elle pose la question des rêves que l’on cherche à atteindre et qui se révèlent parfois trop ambitieux pour être supportables.

Mon bilan de cette lecture est mitigé, j’ai tenu jusqu’au bout sans déplaisir mais sans grand plaisir non plus …

Lisa


Poster un commentaire

La cérémonie d’hiver – Elise Fontenaille

Résumé éditeur :
C’est une fille fière et solitaire, Eden. Personne ne pourrait la priver de sa liberté. Elle tient ça de Violett, sa grand-mère, qui n’avait pas d’autre règle : libre à tout prix. Et la vieille dame l’a payé. Première à manifester poing levé contre un projet d’autoroute sacrilège qui allait défigurer le paysage, entre l’océan et la forêt, elle a été arrêtée, jugée… Elle est morte à sa sortie de prison. Depuis, Eden fourbit sa vengeance. Car si elle vit au 23e étage d’une tour de Vancouver, elle est toujours une Indienne, et sa tribu était jadis célèbre pour la férocité de ses guerriers. Son arme ? Elle tombera du ciel… Chez les indiens, la vengeance est un art.

Mon avis :

Il y a quelque temps, je vous parlais de Nola, une lecture qui m’avait déçue. Il y a plusieurs similitudes entre ces deux livres, dans les deux cas il s’agit de vengeance, dans les deux cas le personnages est une femme. La ressemblance s’arrête là. Ici le lecteur fait connaissance avec Eden, jeune canadienne d’origine amérindienne, fière du peuple dont elle descend. Une jeune femme farouche que la colère pousse à commettre des actes difficilement pardonnable.

Contrairement à Nola, où la figure féminine m’avait parue basique, peu profonde et très stéréotypée, dans la Cérémonie d’hiver, le personnage d’Eden est creusé, il n’apparait pas comme un simple bras vengeur. L’auteur nous laisse le temps de faire sa connaissance, de la comprendre pour mieux nous attacher à elle. Et c’est la grande réussite de ce roman, bien sûr, Eden dépasse les limites, mais le lecteur la comprend forcément. La jeune femme m’a entrainée avec elle, d’un bout à l’autre de son histoire. J’ai aussi beaucoup apprécié la description de la ville, de Vancouver, des lieux à la nature préservée qui servent de refuges à Eden et son animal. A travers ce récit, Elise Fontenaille parle du Canada, du peuple indien, des relations difficiles entre culture ancestrale et modernité.

La cérémonie d’hiver est un roman court, mais bien écrit qui ne laissera pas le lecteur indifférent.

Et si cette lecture vous tente, laissez-vous aussi tenter par cet autre livre d’Elise Fontenaille : Le soleil et la mort.

Lisa