Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

Les ailes de la Sylphide – Pascal Maret

Résumé éditeur :
Lucie a été trouvée, bébé, au pied d’un arbre dans la forêt. Recueillie et adoptée par des parents aimants, elle grandit comme tous les autres enfants. Passionnée de danse, elle rêve d’incarner une sylphide, ces esprits de l’air, à mi-chemin entre les anges et les elfes. Inscrite au conservatoire de Lyon, elle remporte le rôle pour un spectacle et se lance à corps perdu dans les répétitions, ignorant les conseils de son professeur qui lui demande de prendre soin d’elle, refusant de voir ces bosses qui jaillissent de temps en temps dans son dos…

Mon avis :

Lucie, 16 ans, rêve de devenir une grande danseuse étoile, tout son idéal tourne autour de la danse. Elle ne vit que pour ça. Installée depuis peu à Lyon pour suivre des cours au conservatoire, elle étudie toute la semaine et rentre passer ses week-ends chez ses parents. Son vœu le plus cher ? Obtenir le premier rôle dans le ballet La Sylphide, un personnage romantique, dramatique, plein de légèreté, de grâce. Mais petit à petit l’univers très carré, très rationnel de la jeune fille se fendille… basculant par moment dans le fantastique… A-t-elle vraiment vu des ailes apparaître dans son dos ? Est-ce le stress, la fatigue et les privations de nourriture qui lui font voir des choses étranges ?

Si au départ, ce roman m’a beaucoup rappelé l’intrigue de Black Swan, l’auteur nous oriente peu à peu dans d’autres directions pour au final nous livrer un récit plus noir qu’il n’y parait. Dès les premières pages du roman, le lecteur sent qu’il y a un mystère derrière cette histoire, que peut être ce que l’on nous raconte n’est pas a réalité. La grosse réussite du roman est que malgré quelques indices disséminés le long du texte, il m’aura fallu attendre les derniers chapitres pour vraiment comprendre ce qui était arrivé à Lucie et pourquoi la vérité lui était si difficile.

Il s’agit donc d’un récit à double sens, un joli texte qui nous apprend que les mots dits peuvent en cacher d’autres.

Lisa

Publicités


Poster un commentaire

Stars of the stars – Joann Sfar & Pénélope Bagieu

Résumé éditeur :
Sept filles venues du monde entier sont convoquées à New York pour auditionner dans une prestigieuse école de danse. Parmi elles, Angoissette, la Juive new-yorkaise névrosée, et Maurisse, la Noire française déjantée, sont très loin des petits rats de l’opéra… Le concours dégénère avant même que des extraterrestres viennent se mêler de la sélection! L’enfer ressemblerait-il à un huis clos de ballerines lancé sur orbite? Le début d’une épopée cosmique et délirante, entre «Fame» et «Star Trek».Stars of the starsMon avis :

Stars of the stars est l’album attendu où Joann Sfar et Pénélope Bagieu ont conjugué leurs talents pour nous offrir le premier tome d’une série à venir.

On retrouve dans cette bande dessinée des personnages qui sont eux-mêmes des clichés connus de tous : la petite bourgeoise, la petite princesse, la punk, la « différente », etc. L’univers est décalé et farfelu : les extraterrestres veulent détruire la terre, mais avant, veulent tout savoir de la danse. Leur concours de danse est organisé dans le but de trouver les meilleures danseuses et de les emmener avec eux.

Tout est réuni pour nous offrir un univers décalé : des personnages  caricaturaux, des êtres venus d’ailleurs, (etc), et tout cela au travers d’illustrations acidulées.

Stars of the stars
L’humour y est mine de rien distillé à coups de cynismes et de satyres.

Cette bande dessinée m’a déçue. Finalement, il ne s’y passe pas grand chose, tout se traîne, s’étire dans le temps, et donne au récit une lourdeur certaine.

Malgré tout, je dois avouer que j’ai quand même envie de lire la suite, juste pour voir où nos bédéistes veulent vraiment nous mener.

Nath à livre


Poster un commentaire

Polina – Bastien Vivès

Résumé éditeur :

Très douée pour la danse, la petite Polina Oulinov est sélectionnée pour suivre les cours de Nikita Bojinski, un maître d’une exigence absolue, à la fois redouté et admiré. Au fil de son enseignement, qu’elle suit des années durant, Polina devenue jeune fille développe avec son mentor une relation complexe, entre antagonisme et soumission – et finit par le quitter pour explorer de nouvelles expériences artistiques, en toute indépendance.

Mon avis :

Lorsque j’ai découvert Polina, de Bastien Vivès j’avais seulement lu Le Gout du Chlore, qui ne m’avait pas enthousiasmée plus que ça. Pour moi, le récit manquait de profondeur, de matière, et je n’avais pas réussi à m’identifier aux personnages, dont le caractère était esquissé de manière trop flou pour moi.

Mais là, Polina est une vraie révélation. Les personnages sont magnifiquement croqués, tout est dans l’évocation des mouvements, l’évocation des traits des visages. Ce qui met parfaitement en image, les danseuses et leurs positions. Le dessin en noir, blanc et gris se prête parfaitement à ce voyage dans l’univers de la danse de haut niveau, une discipline bien éloignée des paillettes et tutus, beaucoup plus proche du don de soi et de l’effort continu.

L’histoire de Polina est sensible, touchante, il ne s’agit pas d’un récit extraordinaire juste du destin d’une jeune fille dont la passion dirige la vie. Le lecteur suit la jeune fille et ses évolutions, tant sur le plan physique que mental. L’évolution de sa relation à la danse et aux personnes qui l’entourent. La relation que l’enfant, puis la jeune femme entretient avec son professeur, son mentor est mise en avant, les noms dits sont nombreux mais l’auteur parvient toujours à nous faire ressentir ce que Polina perçoit.

Un Bd à lire comme un roman, à dévorer et re-dévorer.

Lisa

Le blog de l’auteur : Bastien Vivès