Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


1 commentaire

Elle s’appelait Sarah – Tatiana de Rosnay

Résumé éditeur :
Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l’étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit.
Paniquée, elle met son petit frère à l’abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie va changer à jamais. Elle s’appelait Sarah, c’est l’histoire de deux familles que lie un terrible secret, c’est aussi l’évocation d’une des pages les plus sombres de l’Occupation.

Elle s'appelait Sarah

Mon avis :

J’ai entendu parler de ce livre il y a quelques mois maintenant. Le thème m’intéressant, j’ai enfin pris le temps de le lire.
Ici est abordée une période sombre de l’histoire, mais surtout une période sombre pour l’histoire de France, dont finalement on ne parle pas beaucoup.

Sarah est une petite fille qui est emmenée avec ses parents, lors de la rafle du Vél d’hiv. Son petit frère de quatre ans reste caché, enfermé à clé dans un placard secret de l’appartement.
Julia est une journaliste et vit de nos jours. Elle doit écrire un papier sur ce tragique événement.

Je reste assez partagé sur ce livre. On y découvre en quinconce l’histoire de l’une et de l’autre pendant une bonne partie de l’ouvrage. Autant celle de Sarah m’a réellement intéressée et touchée, autant celle de Julia m’a semblée superflue, cousue de fil blanc, et surtout sans surprise. Elle reste pour moi un personnage fade, avec pour seul intérêt finalement son article sur la rafle.
En même temps, cela permet d’alléger un peu le texte (même si sa vie est loin d’être joyeuse), et peut-être d’aider à une lecture fluide, qui est d’ailleurs facilitée par le style sans fioriture de l’auteur.

Malgré tout ça, ce livre m’a beaucoup touchée, émue. Malheureusement uniquement lorsqu’il s’agissait de l’histoire de la petite Sarah. Je trouve le récit assez inégal.

Je conseille néanmoins ce livre à de grands adolescents, à partir de 14-15 ans.

Nath à livre

Publicités


Poster un commentaire

L’enfant caché – Marc Lizano, Loïc Dauvillier

Résumé éditeur :
 
A la demande de sa petite fille, Dounia va lui raconter son parcours de vie allant de 1940 à la fin de la deuxième guerre mondiale.
L’histoire de Dounia commence avant le port de l’étoile. Elle raconte comment ses parents lui ont expliqué l’obligation de porter l’étoile. Un petit mensonge pour la protéger mais qui sera vite éventé par la petite Dounia. A travers son parcours, elle explique la montée de l’humiliation et l’évolution des mentalités de ses camarades de classe et des enseignants. Cela aboutira à l’abandon de l’école.
Après cela, la situation va s’aggraver. Une nuit, la milice vient les arrêter. Le père de Dounia a le temps de cacher sa fille dans le double fond d’une armoire. Ensuite, la petite fille devra fuir constamment. 
A travers des mots simples, la grand-mère tente d’expliquer à sa petite fille une page d’histoire qui est aussi un peu la sienne…
 

 

Mon avis :

Vous en connaissiez beaucoup, vous, des bandes dessinées sur la Shoah destinée à un jeune public ? Moi non. Et là, quel ravissement d’ouvrir ce livre, et de lire cette histoire touchante et criante de vérité. Le texte est très accessible malgré la dureté du thème. Bien sûr, les illustrations abondent en ce sens, et sont loin d’être en restes ! Le tracé clair ainsi que la simplicité des dessins illustrent parfaitement cet ouvrage.

Je le conseille fortement aux enfants qui se posent des questions, à partir de 8 ans.  Mais aussi aux adultes, sans limite d’âge !