Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

Et tu connaitras l’univers et les Dieux – Jesse Jacobs

Résumé éditeur :
Et tu connaîtras l’Univers et les Dieux vous apportera les réponses à des questions aussi primordiales que : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Qui a tué les dinosaures ? Quelle est la place de l’homme dans le règne animal ? Ou encore : Pourquoi ne faut-il pas mettre les doigts dans son nez ?Et tu connaîtras l’Univers et les Dieux met en scène trois divinités chamailleuses qui s’amusent à créer des mondes sous le regard bienveillant de leur maître. L’un d’eux, Ablavar, crée la Terre et la peuple de curiosités esthétiques carbonées qu’il nomme « ani-maux ». Zantek, lui, préfère faire mumuse avec de froides structures silicées et se pose en rival. Il entreprend alors de détruire l’expérience d’Ablavar de l’intérieur en créant … l’hu-main.

Mon avis :

La première chose qui m’a attirée vers cette bd, c’est, comme souvent, sa couverture, promesse de science-fiction, d’illustrations et d’un univers loufoques. Je n’ai pas été déçue ! Loin sans faut même puisque cette bd est un véritable O.V.N.I. !

Ici c’est l’être humain qui est montré du doigt, présenté dès le départ comme un être mauvais, par lequel le malheur arrivera. Ce qui semble logique, puisqu’il a été créer pour nuire, pour détruire l’œuvre d’un dieu par un jaloux. Vous l’avez compris, rien de conventionnel dans ce récit, si ce n’est la mesquinerie des entités entre elles.

Cette bd est truffée de référence : à la Bible, à la course vers la technologie, aux théories de l’évolution et bien d’autres que je n’ai peut être pas perçues.  Si vous l’appréciez, c’est clairement une bd que vous aurez envie de relire plusieurs fois, pour y découvrir de nouvelles références et pour en admirer une nouvelle fois les dessins si particuliers. Le rose, le bleu et le violet en sont les couleurs dominantes, couleurs qui se répondent sans cesse et crées des entrelacs, des motifs qui ne laissent que peu d’espace pour une respiration visuelle au cours de la lecture. Certaines planches ont un découpages assez conventionnel alors que d’autres plus originales sont vraiment très belles.

En tout cas, cette bd ne laissera personne indifférent, j’espère avoir réussi à piquer votre curiosité pour cet objet étrange, parfois drôle, parfois vulgaire, parfois plus profond qu’on ne le pense.

Lisa


Poster un commentaire

Les sentinelles du futur – Carine Rozenfeld

Résumé éditeur :
2359. La Terre est à l’agonie. Mais à New York, une poignée de femmes et d’hommes qui se déplacent dans le Futur l’ont promis : l’avenir est radieux, ils l’ont vu de leurs propres yeux. Le jeune Elon, élève à l’Académie et doté d’un pouvoir exceptionnel, rêve d’entreprendre ce voyage vers une époque meilleure.
2659. Un ennemi invisible a attaqué la Terre. Nuts est une survivante. Sa ville est en ruine, la planète entière est dévastée. Et si le seul espoir possible venait du passé ?

Mon avis :

Les sentinelles du futur est un roman de science fiction pour ados plutôt réussi, même si quelques points m’ont légèrement chagrinée !

Le point de départ m’a beaucoup plu, suivre le destin de deux adolescents du même âge et pourtant séparés par 300 ans, il y avait de quoi titiller mon intérêt. Elon vit en 2359 sur une Terre dévasté, en bout de course et il étudie pour devenir un sentinelle du futur et apporter le renouveau pour son époque. Il n’a connu que le ciel voilé, le temps lourd et humide et les aliments reconstitués. Nuts vit en 2659 sur une Terre qui a retrouvé de sa superbe, entourée par une famille aimante, elle a tout pour être heureuse. Jusqu’au jour ou tout bascule, une attaque venue du ciel vient tout détruite, sauf la nature. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé cette réflexion autour de l’écologie , de la protection de l’environnement, omniprésente dans ce texte.

L’intrigue est bien mené mais son déroulement m’a semblé trop simple, le parcours des deux ados manque, pour moi, d’obstacles, de rebondissements. Je pense surtout que je ne suis plus tout à fait dans la cible de ce roman. J’ai lu beaucoup trop de romans de SF pour adulte, je suis habituée à des intrigues plus profondes avec des enjeux plus importants et des « ennemis » plus puissants. Néanmoins, l’auteur aura réussi à me garder en haleine jusqu’aux dernières pages pour comprendre d’où vient ce mythe de l’Espoir (avec un grand E).

Les sentinelles du futur est un bon roman de SF pour ados, avec une pointe de romance qui ne fait que relever le tout ! Je l’ai conseillé au cours d’un club de lecture au lycée et il a rencontré un succès certain. Il ne me reste plus qu’à lire d’autres titres de l’auteur, Les Clefs de Babel est déjà sur ma liste !

Lisa

Le blog de l’auteur : Carine Rozenfeld


Poster un commentaire

Chroniques des ombres – Pierre Bordage

Résumé éditeur :

Après la guerre nucléaire, une pollution mortifère a confiné une partie de la population mondiale dans des mégapoles équipées de purificateurs d’air. Les capitales sont regroupées en Cités Unifiées : la plus importante, NyLoPa, réunit New York, Londres et Paris. La sécurité est assurée par une armée suréquipée de super détectives, les fouineurs. Soudain, dans toutes les villes et en quelques minutes, des centaines de meurtres sont perpétrés par d’invisibles assassins, les Ombres. On soupçonne la secte de la Fin des Temps d’en être à l?origine, mais l’enquête menée par les fouineurs va les plonger dans un enchevêtrement de complots et de luttes de pouvoir. Ils vont être entraînés hors des cités, dans le « pays vague », lieu de tous les dangers.

Mon avis :

J’ai reçu ce livre grâce à Babelio et Au diable Vauvert, merci à eux !

Déjà ce qu’il faut savoir c’est que Pierre Bordage est un des auteurs que j’apprécie le plus et depuis le plus longtemps. C’est aussi l’un des seuls dont je puisse dire que j’ai lu tous les livres. Voilà ça plante le décor quand à mon état d’esprit au moment où j’ai commencé ma lecture !

J’étais d’autant plus enthousiaste qu’au départ « Chroniques des ombres  » était paru sous la forme d’une série au format MP3, en 2008. Même si je n’avais pas écouté l’histoire dans sa totalité, j’étais bien convaincue que le début en serait palpitant ! Et quel plaisir après 4 ans de se retrouver enfin avec ce pavé dans les mains et une histoire entière.

Contrairement à ce que pourrait laisser penser la quatrième de couverture, l’histoire n’est pas centrée sur la vie dans les cités, puisque la narration est divisée en deux. Le lecteur suit le destin de deux personnages, d’un coté Ganesh, fouineur dans la cité de NyLoPa, et de l’autre Naja, jeune horcite vivant dans la « ville » de Trois Aubes. Un chapitre leur est consacré tour à tour, et à la manière d’un feuilleton d’antan, vous pouvez être sur que chaque chapitre laisse le lecteur en plein suspense.

Comme de nombreux autres romans de l’auteur (Wang, la Trilogie des prophéties ou Les derniers hommes), Pierre Bordage nous parle d’un avenir possible pour notre planète et pour l’humanité. Chroniques des ombres traitent donc de thèmes qui lui sont chers et qui sont récurrents dans son oeuvre (pour mon plus grand plaisir donc!). L’Humanité dans sa soif de grandeur ne va-t-elle pas se perdre ? Tout perdre ? L’abandon des individualités ne nous mène-t-il pas à notre perte ? Des questions que l’on retrouvait déjà dans Les guerriers du silence.

Je n’ai pas un point de vue très positif sur l’humanité qui m’entoure (quelle prétention dites donc!), mais les romans de Pierre Bordage, malgré leur noirceur parfois, sont toujours là pour m’apporter de l’espoir et un peu de foi en l’Homme. Ces romans me rappellent que personne ne doit baisser les bras, qu’il suffit parfois d’un seul individu pour renverser une situation qui semble sans issue.

Clairement, je n’ai pas été surprise par ces Chroniques des ombres, mais l’auteur, comme chaque fois, m’emporte auprès des ces héros. Pendant toute ma lecture j’ai vécu avec Ganesh, j’ai tremblé avec Naja, et même au bout de 750 pages, la nostalgie était bien là au moment de refermer ce livre. La narration est superbe, les événements s’enchaînent avec fluidité d’un bout à l’autre.

Encore une fois, le grand conteur qu’est Bordage m’a conquise, et comme des ces autres romans, je me souviendrai pendant longtemps de cette lecture… et surtout il y a de grandes chances que j’aille y remettre le nez dans les mois à venir !

Lisa

Mes autres critiques de romans de Pierre Bordage : Porteurs d’âmes, Mort d’un clone, L’évangile du serpent


Poster un commentaire

Quantex, T.1 Le songe des immortels – Ludovic Albar

Résumé éditeur :

XXXe siècle de notre ère, les humains occupent l’ensemble du système solaire. Sur Mars, Lewis Khandra est l’un des meilleurs espions de la Fédération. Le gouvernement l’envoie sur Terre pour une mission à très haut risque infiltrer le MRVO, un mouvement révolutionnaire et religieux qui déstabilise peu à peu toute la communauté solaire. Mais Lewis Khandra va découvrir que les ennemis de l’humanité ne sont pas forcément ceux qu’on lui avait désignés… Quelles voies saura-t-il trouver pour accomplir un destin inimaginable ?

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Babelio et les éditions Mnémos de m’avoir envoyé ce livre.

Le songe des immortels est le tome 1 de Quantex, une trilogie au pitch ambitieux qui mêle space opéra et intrigue politique poussée. J’ai beaucoup tardé avant d’écrire cette critique..; puisque malheureusement (et c’est assez rare) je n’ai pas réussi à aller au bout de ce volume. Et pourtant j’y ai passé du temps.

Premier bémol pour moi, dès l’ouverture du livre, la mise en page est vraiment très compacte, déjà pour le confort de lecture je sais que je n’y trouverai pas mon compte… Qu’à cela ne tienne, je me lance dans la lecture. L’univers est riche, et je me laisse facilement entrainer dans ce monde aux tensions exacerbées par de grandes inégalités entre les différents peuples du systèmes solaires.
Au fil des pages mon intérêt s’essouffle, trop de détails, un style trop ampoulé par moment… Rapidement le livre me tombe des mains, j’ai tenu bon pendant presque 200 pages, espérant que l’action prenne le pas sur certaines lourdeurs… Ce ne fut pas le cas à mon goût.

Je ne doute pas que Quantex trouve son public, malheureusement je n’en ferai pas partie !

Lisa


Poster un commentaire

Brèves du mercredi #9

Ce mercredi, c’est BD et science-fiction, ce que je préfère en somme !

https://i2.wp.com/www.anglesdevue.com/rubriqueabrac/wp-content/uploads/2011/11/Aama-Peeters.jpg
Aâma, T.1 l’odeur de la poussière chaude – Frederik Peeters

Aâma de Frederik Peeters est une série de bande dessinée de science-fiction dont 2 tomes sont parus à ce jour.

Au début du tome 1, dans un futur qui semble bien lointain, nous découvrons Verloc, un homme qui réveille amnésique sur une planète étrangère, seulement accompagné d’un étrange singe-robot. Grâce à la lecture de son journal intime il va pouvoir replonger dans son passé (et nous avec), et y découvrir qui il est et comment il est arrivé là.

Nous voilà entraînés dans le passé misérable de Verloc, un homme qui, à force de refuser le progrès technologique et génétique, est abandonné par sa femme, perdant par la même occasion le droit de voir sa fille. Heureusement (ou pas, à voir), Verloc est secouru par son frère, brillant employé d’une firme qui travaille sur un mystérieux projet du nom d’Aâma. Ensemble, et avec Churchill, le singe-robot, ils partent sur une planète lointaine, récupérer des échantillons de ce projet.

Aâma, T.2 la multitude invisible – Frederik Peeters

J’ai beaucoup aimé la construction de ces deux tomes. Les flashbacks sont plus nombreux que le temps passé dans le présent de Verloc, et peu à peu nous découvrons plus profondément le monde dans lequel il évolue, ses réactions sont plus claires. Le tome 2 permet aussi de mieux apprendre à connaître Conrad, le frère de Verloc, plutôt mystérieux au départ. J’ai hâte de découvrir la suite de leurs aventures pour enfin comprendre comment Verloc a pu se retrouver amnésique, sur une planète à priori déserte.

Un autre point fort de cette série est son dessin, les décors sont un vrai régal. Que ce soit pour la ville, ou pour la nature, les paysages désertiques, j’ai vraiment passé un bon moment, à observer les multiples détails, de même pour la faune. D’ailleurs si vous aimez les les illustrations de Peeters, je vous conseille de lire Koma, une série entre jeunesse et adulte, pour laquelle il a réalisé les illustrations.

Lisa


Poster un commentaire

Le testament d’un enfant mort – Philippe Curval

Résumé éditeur :
En 1978, Philippe Curval imagine le regard d’un nouveau-né sur un monde sans avenir.
XXIe siècle. Un mal mystérieux et incurable frappe les nouveaux-nés du monde entier : après quelques mois d’une maturation psychologique accélérée, l’enfant dépérit et meurt immanquablement.

Mon avis :

Le testament d’un enfant mort. Voilà un titre fort, un titre qui ne laisse pas indifférent. J’ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique de Babelio. Plutôt occupée la semaine de sa réception, il a passé quelques temps à trainer sur ma table basse, il y aura attiré pas mal de regard et pas mal de questions ! Ici pas de tromperie, il s’agit bien d’un testament, il s’agit bien d’un enfant mort, de son dernier témoignage.

Dans un futur proche, un mal mystérieux tue les très jeunes enfants. Un chercheur fait des expériences sur des enfants afin de trouver d’où vient ce mal. Enfin il conçoit un décodeur qui lui permet de capter ce qu’un nouveau né pense, dès son état embryonnaire. Son sujet d’étude, Camille Félix Trezel, va donc lui livrer, sans le savoir, ses pensées, jusqu’à la fin.

Le texte est divisé en deux grandes parties. Au début nous lisons les comptes-rendus du chercheur, dans lesquels il annonce avoir trouvé la réponse à ses recherches. Ensuite, nous plongeons dans la mémoire transcrite de Camille. Le texte peut sembler froid, surtout les premiers chapitres consacrés au chercheur. Mais l’immersion dans l’esprit de Camille m’a transportée. Je salue l’imagination et la rigueur de l’auteur dans la construction imaginaire de cet intellect. Au fil de la croissance du nouveau né, son esprit devient plus clair et avec la lucidité vient le mal-être, le dégoût pour le monde extérieur… Le portrait dressé est sans équivoque, impressionnant d’exactitude. Mais il y a aussi de beaux moments de poésie dans la manière dont Camille perçoit ce qui l’entoure.

Je ne connaissais pas Philippe Curval, après la lecture de cette nouvelle je pense que je vais essayer de le lire de nouveau. Le testament d’un enfant mort est un texte fort, dur mais vraiment approfondi pour un si petit volume. Une véritable immersion dans un esprit torturé.

Lisa


Poster un commentaire

Kid Jésus – Pierre Pelot

Résumé éditeur :

Sur la Terre d’après le Chaos, il y a de nouveau des maîtres, des riches, et puis il y a les Fouilleurs qui creusent et grattent parmi les ruines.
A la recherche des vestiges d’avant.. On les paye pour ça. Mal. C’est en ces lieux de misère sauvage que surgit Julius Port, l’orphelin perdu, vite surnommé Kid le Maigrichon,. Aussi bon Fouilleur que les autres, mais différent..
Ainsi, sur un chantier, il sauve de la mort un adolescent blessé, Alano…
Ainsi, à des putains venues distraire les Fouilleurs, il parle de révolte. Et il crie qu’eux, les « gratte-sol », ils ont aussi le droit d’ exister !
Drôles de mots dont on se moque mais qu’on n’arrive pas à oublier…
Julius Port se baptise Kid Jésus et Alano ne le quitte plus…

Mon avis :

Attention, ce livre n’est plus édité en version papier, uniquement en numérique (à un prix fort attractif)!

Je n’avais lu qu’une courte nouvelle de Pierre Pelot jusqu’à maintenant, alors que j’en entends parler depuis longtemps. Après avoir lu le résumé de Kid Jésus, j’ai eu envie de me lancer. J’ai été intriguée par l’idée de révolte qui ressort du résumé, et par ce titre, Kid Jésus, alors que le récit ne semblait pas se passer sur Terre.

Julius a grandi dans un monde dévasté où les hommes ne font que survivre et essayer de retrouver leur grandeur passée. Un grand bouleversement a eu lieu réduisant la civilisation quasi à néant. Dans ce monde, il cherche sa place, une manière d’exister. Son destin va changer lorsque, au cours d’une fouille, il va découvrir une vieille cassette à bande magnétique qui retrace la vie Jésus. Ce personnage va le fasciner, peu à peu il va y voir sa planche de salut. Il va prendre la décision de devenir un nouveau messie, d’appliquer les enseignants de la cassette vidéo à sa civilisation.

Le récit s’articule dans deux époques. D’un coté l’âge d’or de Kid Jésus, vu par les yeux d’Alano, son compagnon le plus proche. De l’autre, plus loin dans le temps, Alano, traqué, se confie.

Ici l’univers est très bien construit, très crédible. Le roman est sans concession et ne montre pas forcément l’homme sous son meilleur jour. Néanmoins, Julius et Alano restent des personnages attachants et cette plongée dans leurs esprits torturés m’a tenu en haleine tout du long. L’auteur nous parle de destin, d’amitié, de trahison aussi mais surtout de la force de corruption du pouvoir. Il nous pose cette question : Jusqu’où un homme est-il prêt à aller, qu’est-il prêt à sacrifier pour être reconnu, pour obtenir du pouvoir, une place enviable ?

Même si la fin ne m’a pas vraiment surprise, j’ai eu plaisir à lire jusqu’à la dernière page. Et je compte bien lire d’autres romans de Pierre Pelot.

Lisa


1 commentaire

Littératures de l’imaginaire

Si vous avez envie de vous évader, de découvrir d’autres mondes, de croire en des choses qui n’existent pas, les littérature de l’imaginaire sont là !
Que ce soit la science-fiction, le fantastique ou bien la fantasy, les littératures de l’imaginaire ouvrent des portes dans toutes les directions. Des robots ? Il y en a! Des dragons aussi. Que vous rêviez de voyager dans le futur ou bien de ré-écrire l’histoire, vous pouvez aussi y trouver votre compte.
Voici donc une petite sélection de romans, pas forcément récents, mais qui m’ont plus au cours de ces dernières années.
 

La chronique des immortels – Wolfgang Hohlbein

Dans cette grande saga de fantasy noire, Andrej Delãny se lance à la poursuite moines de l’Inquisition et de mystérieux guerriers d’or qui ont dévastés son village avant d’en tuer tous les habitants. Accompagné dans sa quête par un jeune garçon de 12 ans, unique survivant, sa traque le mènera à travers toute l’Europe de L’est.
Quelle étrange malédiction pèse sur sa famille, et qui sont ces étranges guerriers d’or ? Autant de questions auxquelles Andrej devra répondre s’il espère trouver le repos.
Wolfgang Hoolbein nous propose ici son mythe du vampire, revisité avec beaucoup de talent. La série est constituée de 8 tomes et oscille entre fantastique et fantasy. Lire la suite


Poster un commentaire

Les Chronolithes – Robert Charles Wilson

Résumé éditeur :
La vie de Scott Warden bascule le jour où il est témoin de l’apparition du premier Chronolithe à Chumphon, en Thaïlande. Ce monument hors du commun célèbre la victoire du seigneur de la guerre Kuin. Mais cette victoire n’aura lieu que dans vingt ans et trois mois. Qui peut bien être ce Kuin dont on ignore tout ? Et comment ce monument a-t-il pu venir quasi instantanément du futur ?

Mon avis :

Scott Warden est un américain moyen, résident en Thaïlande, il va être le témoin de l’arrivée du premier chronolithe, sorte de gigantesque monument en pierre, venu du futur pour commémorer les victoires d’un mystérieux Kuin. Au cours des années, des décennies suivantes, l’apparition des chronolithes, de plus en plus nombreux, va bouleverser l’équilibre mondial. Ces monuments, à la gloire de batailles qui n’ont pas encore eu lieu et remportées par Kuin, impressionnent, déstabilisent et intriguent tout autant les dirigeants de ce monde que la population qui tremblent d’avance.

Scott Warden, véritable anti-héros, va devenir très important sans même le vouloir, étant un des témoins de l’apparition du premier chronolithes, peu à peu il va être emporté par le mystère que entoure ces pierres.

Le récit est empreint de mélancolie, de tristesse, mais on se laisse très rapidement happer par l’histoire. La science-fiction reste une trame de fond et permet à l’auteur de mettre en avant la psychologie de ses personnages.
J’avais beaucoup aimé Spin, roman considéré comme le chef d’œuvre de Robert Charles Wilson, c’est donc confiante que j’ai commencé cet ouvrage. Et finalement, j’ai préféré les Chronolithes. Même si beaucoup de questions restent en suspend, j’ai trouvé les personnages plus profonds, plus réalistes, me permettant de mieux m’attacher à eux. De plus, j’ai vraiment eu envie, tout le long, de découvrir ce que signifiait vraiment ces apparitions.

Lisa


1 commentaire

Porteurs d’âmes – Pierre Bordage

Résumé éditeur :
Léonie, achetée au Liberia, alors qu’elle n’était qu’une enfant, séquestrée, prostituée, s’enfuit à vingt ans de son enfer pour se retrouver clandestine et sans papiers dans les rues de Paris. Edmé, un inspecteur de la Crim’, déprimé par les violences, la misère et le cynisme qu’il côtoie chaque jour, découvre un étrange charnier dans la Marne. Cyrian, fils de famille en mal de raisons de vivre, se prête à un voyage expérimental d’un genre nouveau, pour trouver le frisson de l’extrême : le transfert de l’âme dans un corps d’emprunt… Leur point commun ? Tous trois sont porteurs d’âmes, comme tous les êtres humains. Mais parfois les âmes ne sont pas où elles devraient être … Polar, roman d’amour et d’anticipation : Pierre Bordage joue ici de tous les genres avec un art consommé…
 

Mon avis :

Et si même un corps pouvait se louer, et s’habiter ? Voilà la question que pose Pierre Bordage dans ce roman aux allures de thriller.
Léonie, clandestine d’origine libérienne s’enfuit de chez sa tante qui la maltraite et la prostitue. A la recherche d’une vie meilleure et pour tenter de survivre, la jeune femme commence à tester des médicaments pour un laboratoire… Sans le savoir, elle vient de mettre le doigt dans un engrenage très dangereux.

Porteurs d’âmes est un roman fort qui questionne le lecteur sur les limites à ne pas dépasser et sur les différences qui opposent les hommes. Tout peut-il se vendre et à quel prix ? A ces questionnements, profonds et éthiques, s’ajoute l’humanisme de l’auteur, qui nous fait bien sentir tout l’amour qu’il porte à l’être humain. Les personnages ont de multiples facettes, toutes justifiées, la psychologie, comme souvent dans les romans de cet auteur, a la part belle.

Ce n’est pas mon texte préféré de Pierre Bordage, mais pour la non-amatrice de thriller que je suis, c’est une belle surprise. J’ai été emportée par la plume de l’auteur, attendant le dénouement final avec impatience.

Lisa