Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

Brüssli, T.1, 2 et 3 – Jean Louis Fonteneau et Etienne Jung

Résumé éditeur :
Ses parents ont beau lui jurer qu’il est un enfant comme les autres, Brüssli a des doutes.
Il sent bien qu’on lui cache des choses. Il faut dire que les gamins du charmant village de Stillendorf ne se privent pas de lui tomber sur le dos en le traitant de crapaud qui pue et de demi-dragon. Brüssli va partir à l’aventure pour trouver le secret de ses origines. Et les secrets qu’il va découvrir lui causeront de graves ennuis.
Une chose est sûre : notre ami n’a pas pris le chemin le plus paisible pour devenir le héros de se rêves : le Grand Brüssli, le Conquérant.

Mon avis :

Cela faisait longtemps que j’avais envie de lire cette série en trois tomes. J’ai sauté sur l’occasion quand il est entré dans le catalogue Iznéo.

L’intrigue se passe dans un pays imaginaire, dans une région connue pour son fromage savoureux, la schlingotte… Brüssli est un petit garçon pas comme les autres, il ne le sait pas mais il est né d’un œuf et a été recueilli par deux villageois sans enfants. Âgé maintenant d’une dizaine d’années, il commence à se poser de nombreuses questions, sur lui même et sur les secrets que cachent une partie des habitants. Brüssli, qui se considère lui même comme Le conquérant, ne résistera à partir à l’aventure !

Cette bande dessinée pour la jeunesse plaira sans doute aux enfants en fin de primaire et aux collégiens, pour les plus grand elle manquera peut être un peu de contenue.

Pour ma part, suivre le destin du petit Brüssli m’a réjouie. Le jeune garçon est entouré de personnages hauts en couleurs… Avec Dorette (impressionnante de bêtise) ou encore Margot la puce, grande gueule, il va former une équipe de bras cassés qui devrait vous séduire. J’ai beaucoup aimé cette lecture, tous les ingrédients sont présents pour passer un bon moment : aventure, humour, suspense, un dessin et des couleurs très réussis. Les décors et les costumes sont particulièrement soignés, au point de donner envie d’aller visiter cette contrée et d’en apprendre plus sur ce monde !

Alors, n’hésitez pas ! Foncez découvrir le destin de Brüssli, le demi dragon tour à tour conquérant, guerrier et le bien-aimé !

Lisa

Publicités


Poster un commentaire

Les carnets de Cerise t.1 – Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Résumé éditeur :
Cerise est une petite fille âgée de 11 ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’eux. Prenez Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Repeint-il une vieille maison ? Décore-t-il des arbres ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ? Suivez Cerise, pas à pas, dans sa première enquête qui vous mènera au coeur de la forêt, à la découverte d’un lieu fabuleux !…

Mon avis :

Ici le scénario est assez banal : une petite fille, un peu casse cou, cherche à résoudre une énigme avec l’aide des ses deux meilleures copines. Ce qui est beaucoup moins banal, c’est le résultat de cette bande dessinée !

Déjà l’objet est beau, la couverture est superbe, le papier est de bonne qualité et les illustrations sont vraiment très belles, tout à la fois délicates et expressives. De plus, le parti pris de l’auteur de laisser Cerise nous raconter elle-même son histoire, la BD pure et dure alternant avec des pages « manuscrites » du journal de Cerise, permet au lecteur de se sentir proche des la petite fille très rapidement.

Les Carnets de Cerise sont une ode à l’imagination et à la bonne humeur. L’univers de Cerise peut sembler irréaliste, mais il est propice à l’évasion et à la rêverie, et qui n’aime pas rêver ?

Lisa


Poster un commentaire

Brèves du mercredi #13

Cette semaine, les brèves seront sauvages. Sauvages… comme des BD et des tigres ! Et oui, même avec une thématique aussi insolite, j’ai des titres à vous conseiller ! Allons-y donc pour deux séries, très différentes.

Love, tome 1 de Frédéric Brémaud et Federico Bertolucci

Love est une bande dessinée quasiment sans texte, qui retrace la chasse d’un tigre dans la jungle et explore toute la vie animale qui se cache sous les arbres.

Tout l’art des auteurs est de nous faire entrer dans cette simple histoire, de nous faire pénétrer dans cette jungle, de nous y immerger, sans texte, avec juste le dessin pour expression. Et c’est réussi, vraiment, les animaux sont magnifiques, très réalistes et pourtant très expressifs. Ils sont tour à tour beaux, effrayants, attirants… pour notre plus grand plaisir ! Pendant 70 pages, le tigre nous emmène à travers la jungle où il croise une large variété d’habitants (des singes moqueurs, les crocodiles agressifs…).

Cette bd plaira aux plus jeunes, puisqu’elle ne contient pas de texte, mais aussi aux plus âgés, aux amateurs d’animaux, de belles illustrations.  Même sans texte, Love est un album plein de tension, le lecteur ne peut s’empêcher de se demander ce qui va arriver au tigre à la page suivante. Un grand moment de plaisir pour les yeux !

Klaw, tome 1 et 2 de Antoine Ozanam

Dans Klaw, Antoine Ozanam nous transporte dans un univers fantastique, où certains humains pourrait se transformer en animaux. Le point de départ, c’est Ange Tomassini, un ado presque comme les autres, sauf que fait surprenant, à chaque fois qu’il est en danger un homme-tigre vient à sa rescousse… Le garçon en vient à se convaincre que c’est lui même qui se transforme.

Bien sur, Ange va finalement avoir bien des surprises, notamment sur sa famille qui lui cache un secret depuis des années, et sur les amis et personnes qui l’entourent. J’ai beaucoup aimé le dessin que je trouve très fluide, et le découpage de l’histoire la rend très agréable à lire. J’ai dévoré les deux premiers tomes et attends avec impatience de pouvoir lire la suite ( plus que quelques jours à patienter!).

Klaw est donc une bonne série qui commence, j’espère qu’elle va bien se poursuivre, en attendant je la conseille aux ados et aux adultes qui ont envie de lecture agréable et pleine d’action !

Alors bonne lecture tigresque à tous !

Lisa


Poster un commentaire

Anuki – Sénégas et Maupomé

Résumé éditeur :
La vie d’un petit Indien, ça n’est pas facile tous les jours, surtout quand les poules, les sangliers et les ours s’en mêlent. Heureusement, qu’Anuki n’a pas trop peur. En tout cas, pas des poules…

https://i1.wp.com/a392.idata.over-blog.com/4/95/91/75/Illustrations-Blog/Lectures/Anuki.jpg

Mon avis :

J’ai bien souvent du mal avec les bandes dessinées  et les albums sans texte. Autant sur le principe je trouve ça génial, très ingénieux pour amener certains enfants vers l’objet-livre, autant en pratique, je ne m’attache pas aux personnages, ne réussis pas à rentrer dans l’histoire.

Heureusement, il y a des exceptions ! Et Anuki en fait partie.

Ce petit indien m’a vraiment bien plu et pourtant rien d’extraordinaire dans ses aventures, seulement un enchaînement de péripéties !
Anuki est de mauvaise humeur, et puis il n’arrête pas de tomber, du coup il s’en prend aux animaux qui l’entourent… Il n’est pas vraiment méchant juste taquin et il ne se rend pas toujours compte de la portée de ce qu’il fait ! S’attaquer aux poules ne paraît pas bien dangereux, mais qu’en est-il lorsque l’on tombe sur un ours ? Anuki devrait vraiment faire attention au retour de bâton, s’il arrive qu’il s’en sorte sans dégâts ce ne sera pas toujours le cas.

Cette bande dessinée parle d’obstacles à surmonter, d’ingéniosité aussi, et surtout Anuki dresse le portrait d’un enfant attachant. Ici c’est l’humour qui prédomine, tout au long de l’album j’ai attendu la chute suivante, curieuse de savoir comment tout cela allait se terminer. Et une fois la bande dessinée terminée… Vite le tome 2 !

Lisa


Poster un commentaire

Le déchronologue – Stéphane Beauverger

Résumé éditeur :
Au XVIIe siècle, sur la mer des Caraïbes, le capitaine Henri Villon et son équipage de pirates luttent pour préserver leur liberté dans un monde déchiré par d’impitoyables perturbations temporelles, Leur arme: le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps. Qu’espérait Villon en quittant Port-Margot pour donner la chasse à un galion espagnol? Mettre la main, peut-être, sur une maravilla, une des merveilles secrètes, si rares, qui apparaissent quelquefois aux abords du Nouveau Monde. Assurément pas croiser l’impensable: un Léviathan de fer glissant dans l’orage, capable de cracher la foudre et d’abattre la mort! Lorsque des personnages hauts en couleur, au verbe fleuri ou au rugueux parler des îles, croisent objets et intrus venus du futur, un souffle picaresque et original confronte le récit d’aventures maritimes à la science-fiction.

Mon avis :

Le déchronologue est un livre de piraterie, mais pas seulement… Ici, les pirates ont de sérieux problèmes, le temps n’en fait qu’à sa tête. Les évènements se mélangent, les époques s’entrechoquent ! Est-ce le monde qui devient fou, ou bien, quelqu’un quelque part détraque tout cela ? Henri Villon, capitaine d’un vaisseau pirate nous raconte son histoire, dans son journal. Et heureusement il nous donne chaque fois la date, sinon nous serions rapidement perdus !

Stéphane Beauverger se plait à nous promener d’année en années, d’avant en arrière, mais il maîtrise suffisamment sa prose et le lecteur ne se perd jamais. L’auteur écrit ce roman à la manière de, son écriture est immergé dans l’époque de son pirate, le style nous fait voyager directement au XVIIème siècle et nous emporte au cœur de cette chasse au trésor et des mystères du temps.

Je ne suis, d’habitude, pas une grande amatrice de roman historique, mais je me suis laissée séduire par les personnages hauts en couleurs de ce roman. De plus, la construction non-chronologique du récit rajoute du piment à l’intrigue nous maintenant toujours dans le suspense et l’attente du dénouement.

Lisa


Poster un commentaire

Le long hiver T.1 et T.2 – Patric Mallet et Aurélie Lecloux

Résumé éditeur  :

Été 1914. Le monde bascule dans la guerre. Comme tant d’autres, Baptiste Beaufils abandonne champs, moisson, famille et enfant pour aller défendre son pays. Juste avant qu’il ne parte, sa femme Camille lui confie un charme obtenu de la rebouteuse du village, Louise : une pierre de foudre, qu’il devra toujours garder autour du cou pour être protégé des projectiles ennemis. Mais ce n’est pas des lignes allemandes que provient le coup le plus terrible. Un mois après le début des hostilités, Baptiste apprend la mort accidentelle de son jeune fils Jules.

Mon avis :

Au départ, une bande dessinée sur la Première Guerre Mondiale, ce n’est pas vraiment ce qui m’intéresse le plus, je me suis pourtant laissée tenter avec l’avis élogieux d’une collègue.

Le premier tome nous entraîne dans la Grande Guerre avec les soldats, tous un peu perdus, dans la France du début du siècle dernier  mélange de croyance et de superstitions.  J’ai particulièrement apprécié l’atmosphère d’étrange qui règne dans ce tome. Le fantastique est très peu présent au départ, mais le lecteur sent très vite que le merveilleux et l’étrange ne sont pas loin. Le premier volume se termine sur un suspense qui m’a poussée à me procurer rapidement le deuxième, 1918.

Et c’est avec ce deuxième tome que se révèle la magie de la série. Après avoir basculé dans l’horreur suite au décès de son fils, Baptiste bascule maintenant dans le fantastique et l’incompréhensible. Alors qu’il pensait trouver la mort, il transite dans un monde inconnu, au cœur de la terre. Saura-t-il se donner une nouvelle chance ? Et le Long Hiver aura-t-il une fin ? Autant de questions dont j’ai attendu avec plaisir les réponses. Cette série en deux tomes est pour moi une réussite.

Lisa


Poster un commentaire

Lulu et le brontosaure – Judith Viorst

Résumé éditeur :
Lulu obtient toujours ce qu’elle veut. Même si pour cela elle doit hurler à en faire exploser les ampoules. Mais le jour où elle demande ( pardon : elle exige ) un brontosaure pour son anniversaire, ses parents refusent tout net. Quoi, on ose lui dire « non » ? Qu’à cela ne tienne, Lulu va se le trouver elle-même, son brontosaure. A moins que ce ne soit l’inverse …
 

Mon avis :

Ce qui m’a tout d’abord attirée, vers ce petit roman, c’est l’objet en lui-même , un format un peu allongé, des lettres d’or . Le papier est lui aussi de qualité, de quoi plaire aux plus jeunes comme aux grands!
L’histoire est simple, mais pleine de fantaisie. Lulu, petite fille caractérielle, à qui les parents passent tout, décide que pour son anniversaire elle veut un brontosaure. Pas un lapin, pas un rat, pas un chat, un brontosaure. Et rien d’autre. Devant le refus de ses parents, le premier vrai refus qu’ils lui opposent, Lulu prend sa valise et part traverser la forêt, dans laquelle elle suppose que l’animal rêvé habite. Commence alors un grand voyage plein de rencontres, pas toutes très heureuses.
Judith Viorst et Lane Smith (aux illustrations) signent un petit roman plein d’humour. Le lecteur s’attache rapidement à la petite Lulu et à son caractère de cochon qui lui permet de surmonter pas mal de dangers. Lulu trouvera-t-elle un animal à sa mesure ?

Dès 8 ans !

Lisa


Poster un commentaire

Ananke – Erwin Madrid

Résumé éditeur :
L’histoire de Lilou, une petite fille solitaire dont la maman est hospitalisée, et d’Anita, une vieille dame qui habite toute seule dans sa petite maison en bord de mer. Un jour, elles se rencontrent sur la plage et vont d’aventure en aventure. Un récit d’amitié.

Mon avis :

Ananke est l’histoire d’une rencontre entre deux personnes seules, très seules, que leur solitude enferme. La jeune Lilou passe ses journées à se promener au bord de la mer, un peu abandonnée depuis que sa mère est hospitalisée, sans qu’elle arrive à le supporter. Anita est une femme âgée esseulée. Leur rencontre va les faire basculer dans un monde fantastique pour vivre une aventure qui changera leur vie et leur rapport aux autres.
Cette bande dessinée laisse planer le mystère entre rêve et réalité, elle est sublimée par des illustrations aux couleurs douces et au graphisme original. Malheureusement, j’ai eu du mal à me laisser porter par cette fable douce amère.

A conseiller pour un moment de rêverie, pour se changer les idées en période difficile.

Lisa

Un petit tour sur le site de l’auteur (en anglais) : Erwin Madrid