Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

La cérémonie d’hiver – Elise Fontenaille

Résumé éditeur :
C’est une fille fière et solitaire, Eden. Personne ne pourrait la priver de sa liberté. Elle tient ça de Violett, sa grand-mère, qui n’avait pas d’autre règle : libre à tout prix. Et la vieille dame l’a payé. Première à manifester poing levé contre un projet d’autoroute sacrilège qui allait défigurer le paysage, entre l’océan et la forêt, elle a été arrêtée, jugée… Elle est morte à sa sortie de prison. Depuis, Eden fourbit sa vengeance. Car si elle vit au 23e étage d’une tour de Vancouver, elle est toujours une Indienne, et sa tribu était jadis célèbre pour la férocité de ses guerriers. Son arme ? Elle tombera du ciel… Chez les indiens, la vengeance est un art.

Mon avis :

Il y a quelque temps, je vous parlais de Nola, une lecture qui m’avait déçue. Il y a plusieurs similitudes entre ces deux livres, dans les deux cas il s’agit de vengeance, dans les deux cas le personnages est une femme. La ressemblance s’arrête là. Ici le lecteur fait connaissance avec Eden, jeune canadienne d’origine amérindienne, fière du peuple dont elle descend. Une jeune femme farouche que la colère pousse à commettre des actes difficilement pardonnable.

Contrairement à Nola, où la figure féminine m’avait parue basique, peu profonde et très stéréotypée, dans la Cérémonie d’hiver, le personnage d’Eden est creusé, il n’apparait pas comme un simple bras vengeur. L’auteur nous laisse le temps de faire sa connaissance, de la comprendre pour mieux nous attacher à elle. Et c’est la grande réussite de ce roman, bien sûr, Eden dépasse les limites, mais le lecteur la comprend forcément. La jeune femme m’a entrainée avec elle, d’un bout à l’autre de son histoire. J’ai aussi beaucoup apprécié la description de la ville, de Vancouver, des lieux à la nature préservée qui servent de refuges à Eden et son animal. A travers ce récit, Elise Fontenaille parle du Canada, du peuple indien, des relations difficiles entre culture ancestrale et modernité.

La cérémonie d’hiver est un roman court, mais bien écrit qui ne laissera pas le lecteur indifférent.

Et si cette lecture vous tente, laissez-vous aussi tenter par cet autre livre d’Elise Fontenaille : Le soleil et la mort.

Lisa


Poster un commentaire

Anuki – Sénégas et Maupomé

Résumé éditeur :
La vie d’un petit Indien, ça n’est pas facile tous les jours, surtout quand les poules, les sangliers et les ours s’en mêlent. Heureusement, qu’Anuki n’a pas trop peur. En tout cas, pas des poules…

https://i2.wp.com/a392.idata.over-blog.com/4/95/91/75/Illustrations-Blog/Lectures/Anuki.jpg

Mon avis :

J’ai bien souvent du mal avec les bandes dessinées  et les albums sans texte. Autant sur le principe je trouve ça génial, très ingénieux pour amener certains enfants vers l’objet-livre, autant en pratique, je ne m’attache pas aux personnages, ne réussis pas à rentrer dans l’histoire.

Heureusement, il y a des exceptions ! Et Anuki en fait partie.

Ce petit indien m’a vraiment bien plu et pourtant rien d’extraordinaire dans ses aventures, seulement un enchaînement de péripéties !
Anuki est de mauvaise humeur, et puis il n’arrête pas de tomber, du coup il s’en prend aux animaux qui l’entourent… Il n’est pas vraiment méchant juste taquin et il ne se rend pas toujours compte de la portée de ce qu’il fait ! S’attaquer aux poules ne paraît pas bien dangereux, mais qu’en est-il lorsque l’on tombe sur un ours ? Anuki devrait vraiment faire attention au retour de bâton, s’il arrive qu’il s’en sorte sans dégâts ce ne sera pas toujours le cas.

Cette bande dessinée parle d’obstacles à surmonter, d’ingéniosité aussi, et surtout Anuki dresse le portrait d’un enfant attachant. Ici c’est l’humour qui prédomine, tout au long de l’album j’ai attendu la chute suivante, curieuse de savoir comment tout cela allait se terminer. Et une fois la bande dessinée terminée… Vite le tome 2 !

Lisa