Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

Adrastée t.1 – Mathieu Bablet

Résumé éditeur :

Après avoir passé 1000 ans sur son trône de pierre à méditer sur sa condition d’immortel, un homme, ancien roi d’hyperborée, part vers le Mont Olympe. Après avoir vu disparaître les siens et son peuple, au fil d’une vie qui n’a que trop durée, il s’est enfin décidé à trouver les Dieux pour les questionner quant à son étrange nature. Pourquoi lui ? Comment mourir ? Peut-il encore retrouver celle qu’il a aimée ?

Mon avis :

Adrastée, il a suffit que je jette un œil sur la couverture pour avoir envie de la lire.

Le premier atout de cette bande dessinée est son dessin. Les illustrations de Mathieu Bablet sont superbes, le trait est très précis et les détails, extrêmement nombreux dans toutes les planches donnent envie de passer du temps à les observer. Et cela correspond totalement aux thèmes de la bande dessinée, puisque Adrastée est un conte onirique dans lequel le voyage compte plus que la destination où même les raisons du départ. Ce qui compte vraiment ce sont les rencontres, les paysages traversés par le roi, qui vont le faire avancer, le faire réfléchir.

Le lecteur dispose de peu d’informations sur le personnage principale, et pour cause lui même semble, avec le temps, avoir oublié beaucoup de chose, sur lui même, sur sa vie et sur ses proches. C’est en cela que le voyage lui est nécessaire, bien sûr, il espère au bout de la route trouver les dieux, mais les différentes étapes de son périple lui permettent de réfléchir, de se remémorer son existence.

Le tome 1 ne nous donne pas toutes les réponses, mais comme la série est en deux tomes, il n’y aura pas longtemps à attendre. Si vous êtes tentés par une lecture un peu contemplative, qui vous fera voyager, Adrastée pourrait bien vous plaire ! Personnellement, j’ai passé un bon moment, mais j’attends beaucoup du deuxième tome.

Lisa

Le blog de l’auteur : La cinquième dimension

Publicités


Poster un commentaire

Roman de vacances. #2 Une étoile aux cheveux noirs – Ahmed Kalouaz

Résumé éditeur :
Après Avec tes mains (Babel n° 1129, prix Beur FM, prix Léo Ferré), portrait bouleversant de son père Abd el-Kader, Ahmed Kalouaz poursuit son exploration de la mémoire familiale avec une évocation de sa mère. Immigrée d’Algérie dans les années 1950, elle fut toute sa vie une femme soumise aux tâches ménagères, dévouée à ses quatorze enfants, qui jamais ne connut ni insouciance ni bonheur. Alors qu’elle doit quitter l’appartement dans lequel elle a vécu quarante ans, car la cité de Grenoble où il se trouve va être détruite, son fils installé en Bretagne choisit de traverser la France en mobylette pour la retrouver. Le temps de lui écrire une longue lettre d’amour et de mémoire.
 

Une étoile aux cheveux noirsMon avis :

Encore une fois, j’ai acheté ce livre un peu au hasard, attiré par le bandeau « Rentrée littéraire Babel ».  L’auteur ici nous raconte son voyage en mobylette à travers la France, comme un rêve de gosse, pour rejoindre sa mère, qui doit quitter son appartement pour que l’immeuble dans lequel elle vit soit détruit.

Il en profite pour se remémorer des parcelles de son enfance, et l’amour de sa mère. Il se sert ici du récit un peu comme d’une catharsis. C’est le sentiment qui pour moi s’en est dégagé.
L’écriture est magnifique, sans lourdeur, mais néanmoins très poétique, très touchante. Il écrit ce livre pour sa mère, qui ne le lira jamais : elle n’a jamais appris à lire.

Il expose ici la vie dure qu’elle a eut, de devoir élever ses nombreux enfants avec très peu de moyens, ne se sentant pas chez elle dans ce pays qu’est la France. Puis l’incompréhension, parfois, entre elle et lui.

Il est difficile de parler de livre, qui vous prend aux tripes. Ici, on ne raconte pas d’histoire, mais la « vraie vie », avec ses coups durs, et ses petits bonheurs, qui se cachent bien souvent dans un gâteau au miel, dans une odeur. L’auteur est apaisant, le livre est magnifique.

Nath à Livres