Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !


Poster un commentaire

Norlande – Jérôme Leroy

Résumé éditeur :

« Tout, finalement, est allé très vite après cette étrange conversation entre maman et moi à la cafétéria. C’était quelques mois avant que l' »événement » ne se produise, quelques semaines avant que l’Autre n’entre en scène. Dans la mythologie norlandaise, le temps est circulaire, représenté par un serpent qui se mange la queue. Depuis cette table, dans ma chambre de la clinique, jamais une image ne m’a semblé aussi juste. L' »événement », l’Autre ont toujours été là. A attendre sur un point du cercle. Et c’est moi, nous, toute la Norlande qui allions à la rencontre de ce point sans le savoir et sans pouvoir l’éviter. »

Jérôme Leroy transpose dans un pays de Scandinavie imaginaire la tragédie qui a eu lieu le 22 juillet 2011 sur l’île d’Utoya, en Norvège, et donne la parole à une jeune rescapée. Magistral et bouleversant.

Mon avis :

A travers ce roman, et sous le nom de Norlande, Jérôme Leroy parle du massacre qui a eu lieu en Norvège à Utoya en novembre 2011. Un massacre qui avait choqué le public par sa brutalité, bien sûr, mais encore plus parce qu’il avait eu lieu en Norvège, pays réputé tolérant et tranquille.

Clara est une jeune fille comme les autres, du moins elle l’était, avant le massacre, avant qu’un psychopathe ne débarque sur l’île où elle passait la journée et n’ouvre le feu sur tout le monde, tuant des dizaines de personnes, sans discernement. Depuis 8 mois, elle est internée en hôpital psychiatrique, souffrant au départ de blessures physiques, puis tenant, tant bien que mal de se remettre, d’oublier sa culpabilité de survivante.

Pour s’aider, pour guérir, elle tient un carnet, adressé à sa correspondante française, dans lequel elle couche ses pensées, sur son quotidien, son pays, sa situation. Au fil des pages, le lecteur fait sa connaissance et découvre son histoire, sa vision de l’histoire. Ce qui m’a le plus touché c’est sa solitude, qui la coupe même de ses proches et la culpabilité dont elle s’accable. Le chemin de la guérison ne sera pas sans douleur pour Clara.

J’ai lu ce roman avec plaisir et même si ce n’est pas un coup de cœur, je dois bien avouer que j’ai été touchée !

Lisa


Poster un commentaire

Jane le renard et moi – Fanny Britt et Isabelle Arsenault

Résumé éditeur :

Hélène est victime de harcèlement et d’intimidation à son école. Elle trouve alors refuge dans le monde de Jane Eyre, le premier roman de Charlotte Brontë…

Mon avis :

Le pitch est simple, une pré-ado est mise de coté par ses camarades de classe qui semblent l’avoir prise en grippe. Hélène ne comprend, bien sur, pas pourquoi ses anciens amis deviennent ses tortionnaires, elle va même jusqu’à se remettre en questions, jusqu’à penser que c’est parce qu’elle est trop grosse, pas assez brillante que les autres la dénigrent. Elle glisse lentement dans la tristesse. Heureusement, la lecture de Jane Eyre lui apporte du réconfort, lui permet de s’évader en s’identifiant à l’héroïne. Evidemment ce n’est pas le roman qui la sortira de sa solitude, mais c’est grâce à lui qu’elle gardera la tête haute.

Au premier abord ce roman graphique ne semble pas tendre avec les adolescents et pourtant, au fil des pages j’ai été très touchée par la douceur, la tendresse qui se dégage du ton de Fanny Britt et des illustrations d’Isabelle Arsenault. Les thèmes du harcèlement scolaire, de l’intimidation et des complexes sont traités avec énormément de délicatesse, servis à merveille par le travail d’Isabelle Arsenault, tout en finesse avec une utilisation des couleurs simplement superbe !

Cette BD est un petit bijou à mettre entre toutes les mains. Tout y est pour en faire un véritable coup de cœur.

Lisa