Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !

Mon ami Dahmer – Derf Backderf

1 commentaire

Résumé éditeur :
Derf Backderf a passé son enfance à Richfield, petite ville de l’Ohio située non loin de Cleveland. En 1972, il entre au collège, où il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer, un enfant solitaire au comportement un peu étrange. Les deux ados se lient d’amitié et font leur scolarité ensemble jusqu’à la fin du lycée. Jeffrey Dahmer deviendra par la suite l’un des pires serial killers de l’histoire des États-Unis. Son premier crime a lieu à l’été 1978, tout juste deux mois après la fin de leur année de terminale. Il sera suivi d’une série de seize meurtres commis entre 1987 et 1991. Arrêté en 1991, puis condamné à 957 ans de prison, Dahmer finira assassiné dans sa cellule en 1994.
 

Mon-ami-Dahmer-Backderf

Mon avis :

 

Derf  Backderf attaque ici un sujet difficile. Il décide de nous parler de Jeffrey Dahmer, avec qui il est allé en cours, et qu’il a cotoyé, un peu.
La particularité de Jeffrey Dahmer ? Il est devenu un serial killer. Après avoir observé des cadavres d’animaux dans des bocaux d’acide alors qu’il n’était encore qu’un jeune ado, et d’autres faits étranges et inquiétants, il finit par s’attaquer, plus tard, à des hommes. Seize exactement.
Il finira assassiné dans la cellule où il purgeait sa peine.

Derf Backderf prend ici le parti de nous parler que de ce qu’il sait, c’est-à-dire des années où il allait en cours avec Dahmer. Il ne pratique donc ni voyeurisme, ni jugement de valeur, ni condamnation par rapport aux crimes commis. Je pense qu’il a juste essayé d’expliquer, sans pourtant comprendre et cautionner, les gestes de Dahmer ; ce qui peut-être la poussé à aller jusque là.
Il ne s’y est pas pris à la légère, et à, pour écrire son récit, interrogé de nombreuses personnes qui ont côtoyé le serial killer, compulsé des documents du FBI. Sa formation journalistique l’a poussée à mener une « enquête ».
On découvre l’évolution de ce jeune homme, qui est insignifiant pour ses camarades, jusqu’à ce qu’il devienne en quelque sorte un objet de curiosité, un ado drôle par ses réactions étranges, et son sens de l’humour bien propre à lui. C’est comme ça, qu’il suscitera l’intérêt de quelques uns.

mon_ami_dahmer_image2
Puis on voit sa dégringolade, l’alcool, qu’il boit dès le matin, avant d’aller en cours. Sa solitude.
Mais l’auteur ne cherche malgré tout pas d’excuse à son camarade, ni au monde qui l’entourait, les adultes, ceux qui n’ont rien vu, et qui peut être, auraient pu intervenir…
Il ne cherche pas à dédouaner Dahmer, en prouvant par A + B que c’est à cause de ses parents, ou plus généralement de la société s’il est allé jusqu’à accomplir de tels gestes, si ses pulsions morbides et de plaisirs étaient si fortes.
Malgré tout, le récit ne nous présente pas un monstre, car tout est creusé : la frayeur que ressent Dahmer fasse à ses envies « anormales », malsaines. L’alcoolisme, pour se protéger, se ramollir le cerveau, pour ne plus y penser, et par la même, éviter de passer à l’acte. Un garde fou en quelque sorte.

Le récit est touchant, triste, très triste. Une grande mélancolie s’en dégage. Le parallèle que fait l’auteur entre sa vie d’ado, au sein de sa famille, et celle de Dahmer, est frappant. Mais pourtant, on ne ressent aucune pitié pour l’ado paumé qu’est Jeff. Je crois que tout simplement, on essaie, nous aussi, de comprendre.

Les illustrations sont très particulières, avec des personnages tout en longueur. Elles sont toutes en noir et blanc. Les plans sont très travaillés avec un côté cinématographique développé, avec une même action vue différemment, case par case.

Mon-ami-Dahmer-Backderf-2

Backderf signe ici un livre très intéressant, autant par le sujet traité, que par les illustrations originales. Malgré le thème, l’auteur reste respectueux de toutes les personnes qu’il évoque dans son ouvrage.

Vous ne l’avez pas encore lu ? Précipitez vous !

Nath à livres

Publicités

Une réflexion sur “Mon ami Dahmer – Derf Backderf

  1. Merci de m’avoir fait découvrir cette pépite ! Récit, écriture, plans rien à redire. On sent l’énorme travail de l’auteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s