Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !

Le testament d’un enfant mort – Philippe Curval

Poster un commentaire

Résumé éditeur :
En 1978, Philippe Curval imagine le regard d’un nouveau-né sur un monde sans avenir.
XXIe siècle. Un mal mystérieux et incurable frappe les nouveaux-nés du monde entier : après quelques mois d’une maturation psychologique accélérée, l’enfant dépérit et meurt immanquablement.

Mon avis :

Le testament d’un enfant mort. Voilà un titre fort, un titre qui ne laisse pas indifférent. J’ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique de Babelio. Plutôt occupée la semaine de sa réception, il a passé quelques temps à trainer sur ma table basse, il y aura attiré pas mal de regard et pas mal de questions ! Ici pas de tromperie, il s’agit bien d’un testament, il s’agit bien d’un enfant mort, de son dernier témoignage.

Dans un futur proche, un mal mystérieux tue les très jeunes enfants. Un chercheur fait des expériences sur des enfants afin de trouver d’où vient ce mal. Enfin il conçoit un décodeur qui lui permet de capter ce qu’un nouveau né pense, dès son état embryonnaire. Son sujet d’étude, Camille Félix Trezel, va donc lui livrer, sans le savoir, ses pensées, jusqu’à la fin.

Le texte est divisé en deux grandes parties. Au début nous lisons les comptes-rendus du chercheur, dans lesquels il annonce avoir trouvé la réponse à ses recherches. Ensuite, nous plongeons dans la mémoire transcrite de Camille. Le texte peut sembler froid, surtout les premiers chapitres consacrés au chercheur. Mais l’immersion dans l’esprit de Camille m’a transportée. Je salue l’imagination et la rigueur de l’auteur dans la construction imaginaire de cet intellect. Au fil de la croissance du nouveau né, son esprit devient plus clair et avec la lucidité vient le mal-être, le dégoût pour le monde extérieur… Le portrait dressé est sans équivoque, impressionnant d’exactitude. Mais il y a aussi de beaux moments de poésie dans la manière dont Camille perçoit ce qui l’entoure.

Je ne connaissais pas Philippe Curval, après la lecture de cette nouvelle je pense que je vais essayer de le lire de nouveau. Le testament d’un enfant mort est un texte fort, dur mais vraiment approfondi pour un si petit volume. Une véritable immersion dans un esprit torturé.

Lisa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s