Calokilit

Nathalie lit, Lisa aussi, c'est Calokilit !

Gargouille – Gudule

Poster un commentaire

Résumé éditeur (pour le recueil) :
Il y a plus de vingt ans que Gudule tue des petites filles, dans ses romans. « C’est de ma propre enfance que je me débarrasse », nous assure-t-elle ; nous lui laissons, ainsi qu’à Freud qu’elle bouscule quelque peu, l’entière responsabilité de ce propos.
Dans ce recueil, vous trouverez, outre un inédit : « Dancing Lolita », sept romans écrits entre 1995 et 1998 et publiés, pour la majorité d’entre eux, au Fleuve noir, dans la défunte collection « Frayeur » dirigée par Jean Rollin.
Oyez, bonnes gens, le club des petites filles mortes ouvre ses portes. Au menu : sang frais, frisson, peurs bleues et nuits blanches à gogo. Avis aux amateurs !
 
Gargouille - Gudule - Bragelonne

Gargouille – Gudule – Bragelonne

Mon avis :

J’avoue, depuis quelques semaines, je suis l’heureuse propriétaire d’une « liseuse », d’un lecteur de livres numériques. Pour commencer à l’utiliser, j’ai cherché des ouvrages qui, sans être dans le domaine public, ne soient pas trop chers. C’est comme cela que je suis tombée sur cette nouvelle (de bonne taille tout de même) de Gudule.

De cet auteur, je ne connaissais que les ouvrages jeunesse. Au collège, j’avais lu avec plaisir « La bibliothècaire », puis il y a quelques mois, « Crimcity » et « J’ai quatorze ans et je suis détestable ». Je me suis donc facilement laissée tenter par l’achat de cette nouvelle fantastique et noire.

Cette nouvelle nous conte l’histoire d’anciennes camarades d’un pensionnat catholique, du 20ème siècle, que le destin (ou tout autre chose…) va réunir. Lors de leur dernière année de classe, les jeunes filles avaient été prises en photo, pour immortaliser leur scolarité. Des décennies plus tard, lorsque l’une d’entre elles sort la vieille photographie de son tiroir, elle découvre que sur l’image toutes ses camarades ont vieillie… Intriguée par ce mystère, elle contacte ses anciennes amies afin de faire une visite au pensionnat. En effet, les jeunes enfants s’étaient promises de revenir, 50 ans plus tard, refaire une photo, à l’identique.

Ce texte à toutes les caractéristiques d’un récit d’horreur, l’ambiance est sombre, le mystère pesant et la frontière entre fantastique et réalité très mince. Les souvenirs des vieilles femmes ne font que mettre en avant la cruauté de l’enfance.

J’ai particulièrement apprécié le découpage de l’histoire, qui nous fait découvrir à chaque chapitre un personnage différent, alternant le présent et les souvenirs des jeunes filles. Même si le format court de la nouvelle ne permet pas de très nombreux rebondissements, je me suis laissée emporter par cette histoire, m’inquiétant avec ces femmes, souffrant avec les petites filles.

A lire pour le plaisir de se faire un peu peur, et pour la jolie plume de Gudule.

Lisa

Le blog de l’auteur : Gudule

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s